L’offensive du président

Sarko_23112011

Le président de la République a qualifié d’ »hasardeuse » la proposition de loi socialiste visant à autoriser le droit de vote aux étrangers non-européens pour les scrutins locaux devant plusieurs milliers de maires réunis en ce momùent en Congrès dans la capitale. Nicolas Sarkozy a notamment dit que ce texte « risque de diviser profondément les Français au moment où, plus que jamais, nous avons besoin de les rassembler »…

Nous ne pouvons qu’être d’accord avec lui, sauf qu’il y a pas si longtemps le même Nicolas Sarkozy pensait exactement l’inverse !

Il y a trois ans en 2008 le président de la République se déclarait toujours favorable « à titre intellectuel » au vote des étrangers non européens aux élections locales.

Mais depuis, les choses ont sensiblement évoluées et pas forcément dans le sens souhaité par celui qui est l’actuel locataire du Palais de l’Elysée. Les temps sont durs pour Nicolas Sarkozy.

Le Front National, seul parti -hors l’UDN- a clairement affirmé son opposition à ce projet de loi socialiste complètement dément (le FN a lancé une pétition pour s’opposer à cette proposition) et Marine Le Pen grâce à son projet ferme et réaliste rassemblent autour de la candidature de la présidente du mouvement une proportion de plus en plus importante de l’électorat.

Alors le Chef de l’Etat essaye par tous les moyens en sa possession d’infléchir le destin et de se la jouer-pour le coup- fermement opposé à une décision qu’il à maintes fois soutenus par le passé (ce choix de soutenir le droit de vote des étrangers avait été écrit noir sur blanc en 2011 dans son ouvrage Libre).

La ficelle est très grosse, trop grosse… Il s’agit là clairement d’une opération visant à empêcher les électeurs proches de l’UMP de voter pour Marine Le Pen et pour le Front National aux élections de 2012.

Comme l’a écrit un internaute sur le site du Point : « Le braconnage est un art qui n’est pas facile, il faut être très habile pour attraper un gibier de plus en plus méfiant ; d’autant qu’à n’en pas douter, une fois réélu, Sarkozy ne manquerait pas de faire un tour à 180° sur le sujet, et qu’il fera tout pour que les étrangers puissent voter aux élections locales ».

Hélas pour le président et son parti politique, les Français ne semblent pas vouloir de nouveau tomber dans le piège !

Guillaume Schirer



Discours de Marine Le Pen au Salon Expo Forains de Pontoise

Marine____Verone

Marine Le Pen 2012

Discours de Marine Le Pen au Salon Expo Forains de Pontoise le 23/11/2011

Mesdames, Messieurs,

Dans la France rurale des siècles passés, les personnes qui possédaient des terres, appelaient « forains » ceux qui avaient des propriétés en dehors de leur village.

Les mots évoluant au fil des siècles, on parla ensuite de  marchand forain, venu d’ailleurs, allant de village en village et s’installant pour les foires, mot qui prend son étymologie dans le latin « forum ». Les foires, servirent au commerce international jusqu’au milieu du 18ème siècle et jouèrent donc un rôle économique essentiel.

Devenues de nos jours une forme de divertissement très apprécié la plus célèbre d’entre elles est sans doute, la Foire du trône, dont l’organisateur est notre ami Marcel Campion. Elle est la plus célèbre mais sans doute aussi une des plus anciennes : on l’appelait  autrefois   « Foire aux pains d’épices ».

De même, la fête de Neuilly, la  fête à Neuneu, était une  fête  très populaire de Neuilly-sur-Seine créée par un décret impérial de Napoléon Ier en date du 10 juin 1815, suite à une demande de l’abbé Jean François Delabordère, maire de Neuilly. Elle établit alors la première fête patronale de l’église Saint-Jean-Baptiste…

Ce bref rappel historique prouve, s’il en était besoin, combien la fête foraine est ancrée dans nos traditions françaises et combien elle est populaire puisque   plus de 90 % de la population s’y rend au moins une fois tous les deux ans.

Les arts forains ont été reconnus par l’Etat il y a une quinzaine d’année et les artisans forains  sont une catégorie professionnelle à part entière (qu’il ne faut pas confondre avec les gens du voyage qui eux  sont une catégorie  « juridique »). Environ 30 000 familles de forains vivent et travaillent en France.

150 000 personnes et  25 000 entreprises artisanales travaillent grâce à ce secteur.

Ces entreprises sont soumises à de lourdes exigences à respecter comme, par exemple, la rigueur des  garanties de sécurité pour les emplacements octroyés par la municipalité, l’obligation de se soumettre à l’organisme de contrôle « vérificateur de manège » mandaté par le  ministère de l’Intérieur ou encore répondre à l’exigence d’études des sols devant  garantir la fiabilité et la stabilité du terrain.

S’ils en reconnaissent la lourdeur, les forains en reconnaissent aussi l’utilité car rien ne doit être laissé au hasard et la sécurité du public est un impératif absolu.

Dépendant uniquement du bon vouloir des municipalités, les forains rencontrent de multiples problèmes et de nombreuses menaces pèsent sur leur activité, « le drapeau noir flotte sur la profession » déplorait l’un d’entre eux:

  • à commencer par la suppression pure et simple de  la fête foraine : les fêtes foraines sont déplacées à l’extérieur des villes, souvent, dans des parcs d’exposition, à tel point que depuis plusieurs années, ce sont presque 100 fêtes qui ont été supprimées dont la plus récente est celle de  la CIOTAT  pourtant traditionnelle à Pâques et au mois  d’août.
  • Pour les municipalités qui acceptent encore de recevoir des cirques ou des fêtes foraines, il est de leur bon vouloir d’en modifier les dates ou d’en fixer la durée.
  • La profession de forain n’échappe pas au dogme de l’Europe de Bruxelles et une autre menace de taille pèse : l’application dans quelques mois, des décrets d’application de la directive européenne  de mars 2007,  appelée « directive Inspire » concernant les véhicules de transport routiers.

Les camions ne respectant pas les nouvelles normes écologiques concernant le rejet de CO2, c’est à dire les plus anciens, seront interdits d’entrer dans les villes. Or, la plupart des véhicules des forains, bien que n’étant pas aux nouvelles normes vu leur ancienneté sont pourtant parfaitement entretenus.

Il est clair que pour bon nombre d’entre eux, ceci impliquera bien sur l’interdiction d’entrée dans les centres villes et contribuera à les faire renoncer à leur profession.

On se pince lorsque l’on voit les camps de roms, par exemple à Lille, et l’état de décrépitude de véhicules qui sont de véritables bombes roulantes à qui l’on ne réclame pas le moindre respect de normes de sécurité.

  • Le désastre économique actuel de notre pays aggrave aussi les difficultés financières de cette activité : difficultés insurmontables pour obtenir des prêts, tant pour l’achat de nouveaux véhicules, que de nouveaux manèges par exemple au coût conséquent, ce qui contraint les jeunes forains à envisager une autre profession.
  • Autre menace, et non la moindre : l’insécurité ! Et qui ne se souvient pas du coup de gueule, tellement justifié de Marcel Campion en avril 2010 : dans une lettre ouverte adressée à l’ensemble du personnel politique mais aussi je cite aux « médias et intellectuels de tous bords, bons et biens pensants antiracistes », il tirait la sonnette d’alarme :

« Pour ce qui est des Champs Elysées, malgré des policiers en tenue et en civil tous les dix mètres, vous serez surpris de l’ambiance à risque parfois violente, parfois pire que les cités.

La Foire du Trône est squattérisée par des populations à risque dont la police n’arrive pas à bout les samedis.

Les puces de Clignancourt sont maintenant pires que des souks d’où les touristes sont largement chassés par des groupes violents de chapardeurs. Ce marché étant devenu maintenant à l’image d’un souk africain, en moins sympathique, puisque très agressif. En Afrique, c’est plus calme et respectueux. Prenez sur votre temps et osez venir dans ces lieux, sans vos protections habituelles, tout comme des citoyens ordinaires, si vous en avez le courage, ainsi voyez l’état de notre France actuelle à tous. »

Il semble que pas plus aujourd’hui qu’en 2010, la « caste » n’ait daigné répondre à l’appel des forains !

Il est vrai que ceux-ci sont Français, très souvent depuis plusieurs générations et que comme toutes les autres catégories de nos compatriotes, ils restent et resteront les grands oubliés.

Peu importe si ce qui était hier populaire est devenu aujourd’hui dangereux.

Cette volonté de chasser les forains des centres villes est révélatrice du mépris du peuple de ce gouvernement.

La caste n’a pour seul objectif que de régenter sans le peuple, voire contre le peuple. Aucune catégorie, aucun secteur n’y échappe. «La foire dérange. Nous vivons dans un monde hygiénique, où les camions-poubelles ferment les manifestations », avait déjà dit un architecte en 1985.

Lorsque je serai élue Présidente de la République, la fête foraine, les cirques, éléments de notre tradition et de notre identité nationale et populaire, seront non seulement maintenus et protégés mais aussi fortement encouragés : je refuserai de priver  nos compatriotes et particulièrement les familles de divertissements peu coûteux, simples et tellement conviviaux !

Je mettrai un terme à toutes ces lois européennes, et en retrouvant sa souveraineté législative, la France sera maitre chez elle de décider ce qui est bon pour elle.

Nous convaincrons donc les municipalités de laisser les véhicules des forains circuler en centre-ville et de pouvoir travailler sans entrave. Ils participent à la vie de nos villages, laissés à l’abandon.

Dans le cadre de la politique de restauration de l’emploi et du pouvoir d’achat, je donnerai une priorité absolue au développement des artisans et des commerçants, créateurs nets d’emplois alors que les grandes sociétés et la grande distribution non seulement n’en créent guère, mais les délocalisent ou les détruisent.

La valorisation de l’artisanat et du commerce ne vise pas que des objectifs économiques. C’est aussi un moyen de reconnaître l’importance sociale considérable de cette activité.

D’abord parce qu’elle place l’homme, sa créativité, son amour du travail bien fait, le principe de la transmission du savoir-faire ou du patrimoine personnel au cœur de l’activité économique.

Ensuite parce qu’elle contribue à la perpétuation de traditions qui sont intimement liées à l’histoire des villes et des campagnes françaises, véritables symboles de l’art de vivre français et du raffinement de notre civilisation. Enfin parce que l’artisanat et le commerce sont des vecteurs irremplaçables de lien social, notamment dans les zones rurales.

Enfin, première des libertés, la sécurité n’est plus assurée dans notre pays.

A la veille d’une échéance aussi capitale que celle de l’élection présidentielle, la Foire du Trône 2011 a pourtant bénéficié d’importants dispositifs de sécurité, jamais égalés les années précédentes : ceci participe à l’entreprise d’enfumage élaborée par les amis de Nicolas Sarkozy, qui consistera à faire oublier à nos compatriotes combien ils ont été délaissés durant tout le quinquennat…

Ne nous  y trompons pas : aussi vrai qu’aucun d’entre eux n’a daigné venir à ce salon, aucun ne prendra la mesure et les mesures de sécurité devant entourée les fêtes foraines sera très vite remise aux oubliettes après les élections.

Au-delà des discours et des promesses, la gauche comme la droite sont en échec complet face aux violences, et restent prisonnières de leurs dogmes et choix absurdes : laxisme, victimisation des coupables, désengagement de l’Etat, affaiblissement moral et matériel de nos capacités de maintien de l’ordre.

Augmentation des vols à main armé, des violences contre les personnes, nocivité et violence des bandes et des gangs toujours plus enracinés dans des quartiers hors contrôle qui sont leurs fiefs : pourquoi l’UMPS a lamentablement échoué dans la lutte contre l’insécurité ?

Parce qu’ils ont mis en place des politiques propre à lutter contre le sentiment d’insécurité et non contre l’insécurité, dans une course effrénée aux effets d’annonce, qui confine à de la publicité mensongère. L’insécurité est un fléau pour le peuple français à deux niveaux :

  • Elle crée des drames dans les vies et les familles. Une agression, même nommée « incivilité » selon une dérive sémantique très révélatrice d’un état d’esprit laxiste au plus haut niveau de l’Etat, est toujours traumatisante.
  • Elle a un coût immense pour la collectivité nationale, évaluée à 115 milliards d’euros par an selon l’étude réalisée par le professeur et économiste Jacques Bichot, soit plus de 5% du PIB de la France.

Les violences aux personnes n’ont eu de cesse d’augmenter (+45% depuis 2002). Les rapports annuels de l’Observatoire national de la délinquance révèlent que ce type de violences concerne cinq fois plus de personnes que ne le disent les chiffres du ministère de l’Intérieur : 1 200 000 par an, et non 250 000.

Selon les données officielles, les violences physiques crapuleuses ont bondi de 5,7% en 2009 puis de 7,4% en 2010.

Face à cette flambée de l’insécurité, qui trouve en grande partie son origine dans la hausse continue de l’immigration vers la France, de l’échec d’une assimilation, le gouvernement de Nicolas Sarkozy a fait des choix irresponsables et néfastes : effets d’annonce permanents, vote de multiples lois publicitaires jamais appliquées après chaque fait divers médiatisé, et surtout, l’affaiblissement de nos capacités de maintien et de rétablissement de l’ordre.

Les forains sont laissés seuls.

Pire, lorsque face à l’inertie des pouvoirs publics ils cherchent à protéger leur activité dans le cadre d’une légitime défense, bien logique d’eux-mêmes, mais aussi du public qu’ils reçoivent, ce sont eux qui sont poursuivis par la justice, dans le cadre d’une inversion des valeurs qui s’est généralisée dans notre société et qui m’a permis d’annoncer le constat le plus cruel qui soit.

En France aujourd’hui, il n’y a bien que les honnêtes gens qui ont à craindre de l’Etat, les voyous d’en bas comme d’en haut vivent  eux dans une impunité totale.

Sauvons la fête foraine, élément de notre patrimoine culturel,

lui redonner sa place et avec elle la place aux entreprises qui en vivent et qui la font vivre,

lui permettre de redevenir ce lieu de détente et d’évasion où les Français quelles que soient leurs origines sociales ou leur niveau de fortune peuvent s’y retrouver en toute sécurité.

Voilà mon objectif.

Je vous remercie.



Derniers commentaires

Articles récents

Louis Renault : la CGT lance un appel contre sa réhabilitation

Louis_Renault

Le Télégramme

La CGT de la métallurgie, son institut d’histoire sociale et la CGT Renault ont lancé, ce mercredi, un appel contre la réhabilitation de Louis Renault, accusé de collaboration pendant la guerre et dont l’entreprise avait été nationalisée en 1945.Louis Renault : la CGT lance un appel contre sa réhabilitation dans Histoire

Lancement d’une pétition, création d’un comité central formé notamment d’historiens ou de résistants, distribution de tracts chez Renault: la CGT se mobilise pour que « personne ne réécrive l’histoire ».

Une question prioritaire de constitutionnalité pour la famille Renault

Sept héritiers du constructeur ont attaqué l’Etat en justice pour contester la légalité de la nationalisation-sanction de l’entreprise au sortir de la guerre et réclament des indemnités. Ils ont déposé en mai une assignation devant le tribunal de grande instance (TGI) de Paris afin de contester l’ordonnance de confiscation du 16 janvier 1945, qui transforme Renault en une Régie nationale, sans que Louis Renault, décédé en octobre 1944, ait été jugé. L’ordonnance de confiscation « est contraire aux principes fondamentaux du droit de la propriété », droit constitutionnel, selon l’avocat des héritiers, Me Thierry Lévy, qui a déposé une question prioritaire de constitutionnalité (QPC).

« Dans l’assignation, on efface la guerre, la collaboration », selon la CGT

La CGT, la Fédération nationale des déportés et internés de la Résistance (FNDIR) ainsi que l’association Esprit de Résistance ont opté pour l’intervention volontaire pour se faire entendre dans la procédure. « Dans l’assignation (des héritiers), on efface la guerre, la collaboration. Si on fait abstraction de tout ça, on n’est pas en mesure de comprendre ce qui s’est passé », a déclaré ce mercredi Me Jean-Paul Teissonière, avocat de la CGT, précisant qu’une audience aurait lieu le 14 décembre à 11h.

Une historienne : « Aucun doute sur le caractère volontaire de la collaboration économique et politique de Renault »

« On est dans une forme procédurale, un débat juridique mais on ne va pas sur le fond. Or derrière cette argutie juridique, il y a une dimension de l’histoire qu’il faut remettre en lumière », a déclaré Claude Ven, président de l’institut de l’histoire sociale de la métallurgie CGT. « On a la responsabilité de la mémoire des ouvriers et de l’ensemble de la population française », a-t-il ajouté. « Les fonds et documents disponibles ne laissent aucun doute sur le caractère volontaire de la collaboration économique et politique de Louis Renault », a renchérit Annie Lacroix-Riz, historienne.

Pour sa part Me Thierry Levy, avocat de la famille Renault, a déclaré mercredi soir à l’AFP: « La CGT se trompe de cible et de sujet. Il ne s’agit pas de réhabiliter Renault mais de s’interroger sur une question de droit. Il n’est pas question de refaire le procès de Renault. La question historique n’est pas dans le procès, les juges n’ont pas à s’y intéresser ».

La rédaction web, avec l’AFP


Choisir la France pour patrie !

Citoyennet__fran_aise

Flamme du 21

Par Rémy Boursot, Secrétaire Départemental FN 21 et Conseiller Régional de Bourgogne le 22/11/2011

Chaque jour en France plusieurs dizaines, centaines d’étrangers, se voient remettre le « passeport de la citoyenneté française »!

Comme à Chenôve, par exemple, ( le Bien Public du 2/11): 40 personnes ont reçu la citoyenneté française lors d’une cérémonie en mairie le 31/10.

Le Maire Jean Esmonin a « animé » la soirée en collaboration avec son adjointe à l’état civil, Marie-Paule Cros, une cérémonie d’accueil à la citoyenneté française préparée (aux frais des contribuables) par le service municipal de l’état civil, représenté par sa responsable, Catherine Denden, et le directeur général administratif, Laurent Lamourier. 40 personnes, contre 42 l’an dernier (sans compter toutes celles qui passent outre la presse!) étaient concernées par cette cérémonie « solennelle » qui marque leur « attachement à la République Française ». Toutes étaient présentes (on en attendait pas moins) pour se voir remettre des mains du Maire ce fameux passeport pour la citoyenneté française.

« Bienvenue dans notre communauté nationale », leur a lancé Jean Esmonin après un long discours de « sensibilisation à la nationalité française » et à ce qu’elle implique !!

Ce fût un beau moment de « fraternité » qui s’est ponctué par la projection du film « devenir français » prêté par la Préfecture, par la Marseillaise (qui sera sifflée plus tard par certains d’entre eux !) et le partage du verre de la fraternité (et non de l’amitié ?).

Le clou de la soirée était la conclusion du Maire : « Devenir français, c’est bien plus qu’une démarche administrative. C’est une responsabilité personnelle éminente pour chacun d’entre vous. Cela engendre des droits, comme, celui de voter par exemple ( ben voyons !), mais aussi des devoirs comme, transmettre aux enfants les valeurs qui fondent la République  » mais ils n’a pas cité les valeurs importantes !

Hier, ils étaient Portugais, Angolais, Marocains…

Aujourd’hui, ils ont fait « le choix » de devenir français (et pour cause!).

« A nous de mettre en oeuvre les 3 piliers de la République française : liberté, égalité, fraternité » a conclu le Maire de Chenôve.

Donner la nationalité à 40 personnes, dont la plupart sont membres de populations d’origine extra-européennes, est une pure folie. Comme si avec déjà au moins 10 à 12 millions d’allogènes ayant la nationalité française nous pouvions nous permettre de continuer la même politique suicidaire qui perdure depuis maintenant plusieurs décennies.

La nationalité française donnée à ces personnes, n’est qu’un papier sans réelle consistance charnelle et culturelle.

Cette politique ne s’inscrit pas dans une perspective historique, où nous sommes les maillons d’une longue tradition ethnico-culturelle qui devrait nous rattacher à nos ancêtres et à nos descendants.

Continuer cette politique déliquescente voulue et imposée par nos pseudo-élites, c’est continuer pour nos enfants un terreau de confrontations et d’affrontements qui pourraient déboucher sur une guerre civile ethnico-religieuse dans les décennies à venir.

Nous sommes progressivement, par petites touches successives, mais inlassablement continuelles, les spectateurs d’un cataclysme annoncé.

Pour contrecarrer ce phénomène une seule alternative:
- revoir tous les attributions de la Nationalité Française qui a été donnée (ou bradée) depuis au moins 40 ans et accorder la Nationalité Française uniquement à des personnes d’origine ethnique européenne et de culture et de religion non musulmane.


Communiqué de Presse de Wallerand de Saint Just, conseiller politique « Justice » de la campagne de Marine Le Pen

Saint_just

FN

Communiqué de Presse de Wallerand de Saint Just, conseiller politique « Justice » de la campagne de Marine Le Pen du 23/11/2011

M. François Molins, magistrat professionnel, avait accepté de devenir le directeur de cabinet de M. Mercier ministre politique de la justice de M. Sarkozy. Déjà, ce mélange des genres était choquant bien qu’il soit une pratique scandaleusement répandue sous la 5ème république.

Aujourd’hui, M. Molins devient procureur à Paris : c’est inacceptable. Les magistrats, même du parquet, doivent posséder au moins une apparence, un semblant d’indépendance. Ici, au contraire, on est certain de la complaisance de M. Molins.

Les Français en ont assez de la politisation de la justice mais ils constatent qu’elle a été renforcée ad nauseam sous M. Sarkozy.

Marine Le Pen, élue, aura à cœur de rendre aux magistrats leur indépendance et de faire en sorte qu’ils soient insoupçonnables.


Marine Le Pen au Salon des Maires le 22/11/2011

Image de prévisualisation YouTube

Articles plus anciens

Célébration de la Fête nationale algérienne à Metz : un intolérable faux pas

Dupont-Aignan appellera-t-il à voter Marine ?

Modifier les traités, se serrer la ceinture… C’est tout !

Communiqué de Presse de Steeve Briois

libre pensée |
le rôle de la France dans l... |
athmanebessalem |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amaso, amatwi,n'ururimi rw'...
| Un RIC pour une AC
| psyco-politick